• Mister Babadook de Jennifer Kent

    _______________________________________________________________________

    Mister Babadook ( The Babadook)

    de Jennifer Kent

    Australie - 2014 - Fantastique / Drame

    _________________________________________________________________________

     

     C'est quoi donc ? :

     

    • Prix du public, de la critique et du jury au festival de Geradmer en 2014, présenté au prestigieux festival de Sundance, le premier film de l'australienne Jennifer Kent s'est taillé une belle réputation de bête de festival avec son histoire mêlant judicieusement fantastique et drame psychologique.

     

     

     Ça raconte quoi :

     

    • Mister Babadook raconte l'histoire d'une mère célibataire (Amelia) tentant tant bien que mal d'élever seule son enfant de six ans (Samuel) depuis la mort de son mari décédé dans un accident de la route le jour même ou il la conduisait à la maternité. Un mystérieux conte pour enfants intitulé Mister Babadook va alors plonger l'imaginaire déjà fertile de Samuel dans de terribles cauchemars alors que sa mère se persuade doucement que cette mystérieuse créature fantastique pourrait bel et bien hanté la maison familiale.

     

     

      Les points positifs :

     

    • Durant sa première partie Mister Babadook distille une délicieuse ambiance de malaise, de tension diffuse et de sourde mélancolie. Fonctionnant comme un effet de miroir, les tourments intérieurs des personnages et leurs peurs issus de l'imagerie du conte fantastique se répondent et se complètent parfaitement dans un équilibre quasiment parfait.

    • Dans la tradition des frêles héroïnes sombrant doucement dans la confusion et la folie comme Mia Farrow dans Rosemary's baby ou Noomie Rapace dans Babycall, Essie Davis dans le rôle d'Amanda est à la fois touchante et intense. Et en ce qui concerne le jeune Noah Wiseman dans le rôle du jeune Samuel , il est tour à tour effrayant, insupportable et touchant permettant à son personnage de garder une part de mystère imprévisible très intéressante puisque le spectateur ne sait jamais vraiment trop quoi penser de son comportement.

    • On notera avec plaisir que la mise en scène posée, le sens du cadre, l'aspect humain et dramatique et l'importance apportée aux personnages contraste avec une grande majorité des films fantastiques et horrifiques de ses dernières années.

    • Il se dégage du film une certaine poésie morbide notamment lors de la découverte du livre pour enfants dont est issus le personnage de Babadook et lorsque la créature très inspiré par l'expressionnisme allemand s'invite dans des images télévisées issus de films de Georges Melies.

    • J'aime beaucoup la magnifique idée d'une tristesse et d'une profonde mélancolie agissant comme une possession démoniaque monstrueuse.

     

    Les points négatifs :

     

    • Dans sa conclusion Mister Babadook devient trop lourdement démonstratif et surligne tout ce qu'il suggérait si subtilement dans sa première partie. Même l'actrice Essie Davis pourtant parfaite durant l'immense majorité du film semble soudainement surjouer pour se mettre au diapason.

    • L'aspect fantastique qui prend le dessus lors du dernier acte devient inutilement tape à l’œil jusqu'à flirter à trop vouloir en faire avec l'incohérence vis à vis de son sujet initial.

    • Tendu et prenant le film perd doucement de son intérêt à mesure qu'il avance dans le temps jusqu'à perdre une grande partie de sa singularité.

     

     

     

     Au final on fait quoi ? :

     

    • Difficile de juger un film dont on n'aime objectivement que la première partie... Du coup, une fois passé la première déception, je reverrais plus tard avec plaisir Mister Babadook avant de décider si le film rejoindra un jour ma collection hétéroclite de DVD.

     

     

     Tableau des cotations

     

    • Scénario / Dialogues: 4 / 6 - Dommage que le film se perde beaucoup dans son final.

    • Réalisation : 4 / 6

    • Interprétation : 4 / 6

    • Photographie / Esthétique: 4 / 6

    • Technique : 4 / 6

    • Rire / Humour : 2 / 6 - RAS Ce n'est pas trop le sujet

    • Émotion : 4 / 6

    • Suspens / Tension : 4 / 6

    • Action / Spectacle : 2 / 6

    • Intérêt / Réflexion : 4 / 6

    • Plaisir : 4 / 6 - Un bon récit fantastique ça fait forcément plaisir

    • Rythme / Tempo : 3 / 6

    • Violence / Inconfort : 3 / 6

    • Originalité : 4 / 6

     

    Ma note personnel : 06 / 10

     

     

    « Pulse 2 de Joel SoissonFolie meurtière de Tonino Valerii »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :